0

Le Colonel Chabert d’Honoré de Balzac,

Posted by Eddy on 8 juin 2015 in Auteur sur kindle |

 

Le Colonel Chabert d’Honoré de Balzac,

Le Colonel Chabert d’Honoré de Balzac, vous pouvez télécharger un livre en PDF

Le Colonel Chabert d'Honoré de Balzac

Le Colonel Chabert d’Honoré de Balzac

vraiment très instructif sur la condition humaine, c’est une belle histoire d’Amour et malheureusement d’égoïsme qui reste très actuelle….

Les clercs haussèrent les épaules.

« D’ailleurs, il n’est pas prouvé que ce vieux singe ne se soit pas moqué de nous, dit-il en cessant son argumentation étouffée par le rire des autres clercs.

En conscience, le colonel Chabert est bien mort, sa femme est remariée au comte Ferraud, conseiller d’État.

Téléchargez Maintenant votre livre en PDF :
Le Colonel Chabert d’Honoré de Balzac.

Mme Ferraud est une des clientes de l’étude !

–  La cause est remise à demain, dit Boucard.

A l’ouvrage, messieurs !

L’ego, dans sa pensée, n’était plus qu’un objet secondaire, de même que la vanité du triomphe ou le plaisir du gain deviennent plus chers au parieur que ne l’est l’objet du pari.

Les paroles du jeune avoué furent donc comme un miracle pour cet homme rebuté pendant dix années par sa femme, par la justice, par la création sociale entière.

Trouver chez un avoué ces dix pièces d’or qui lui avaient été refusées pendant si longtemps, par tant de personnes et de tant de manières !

Le Colonel Chabert d’Honoré de Balzac,

Le colonel ressemblait à cette dame qui, ayant eu la fièvre durant quinze années, crut avoir changé de maladie le jour où elle fut guérie.

Il est des félicités auxquelles on ne croit plus ; elles arrivent, c’est la foudre, elles consument.

Aussi la reconnaissance du pauvre homme était-elle trop vive pour qu’il pût l’exprimer.

Il eut paru froid aux gens superficiels, mais Derville devina toute une probité dans cette stupeur.

Un fripon aurait eu de la voix.

« Où en étais-je ? dit le colonel avec la naïveté d’un enfant ou d’un soldat, car il y a souvent de l’enfant dans le vrai soldat, et presque toujours du soldat chez l’enfant, surtout en France.

Téléchargez Maintenant votre livre en PDF :
Le Colonel Chabert d’Honoré de Balzac.

–  A Stuttgart.

Vous sortiez de prison, répondit l’avoué.

–  Vous connaissez ma femme ? demanda le colonel.

–  Oui, répliqua Derville en inclinant la tête.

–  Comment est-elle ?

–  Oh ! répondit froidement le colonel en relevant la tête par un mouvement de fierté, si je succombe, je saurai mourir, mais en compagnie. »

Là, le vieillard avait disparu.

Les yeux de l’homme énergique brillaient rallumés aux feux du désir et de la vengeance.

« Il faudra peut-être transiger, dit l’avoué.

–  Transiger, répéta le colonel Chabert.

Suis-je mort ou suis-je vivant ?

–  Monsieur, reprit l’avoué, vous suivrez, je l’espère, mes conseils.

Votrecause sera ma cause.

Vous vous apercevrez bientôt de l’intérêt que je prends à votre situation, presque sans exemple dans les fastes judiciaires.

En attendant, je vais vous donner un mot pour mon notaire, qui vous remettra, sur votre quittance, cinquante francs tous les dix jours.

Il ne serait pas convenable que vous vinssiez chercher ici des secours.

Si vous êtes le colonel Chabert, vous ne devez être à la merci de personne.

A ce moment, la comtesse dressa la tête.

Le Colonel Chabert d’Honoré de Balzac,

Un éclair d’espérance brilla dans ses yeux ; elle comptait peut-être spéculer sur la tendresse de son premier mari pour gagner son procès par quelque ruse de femme.

« J’attendrai vos ordres, madame, pour savoir s’il faut vous signifier nos actes, ou si vous voulez venir chez moi pour arrêter les bases d’une transaction », dit Derville en saluant la comtesse.

Huit jours après les deux visites que Derville avait faites, et par une belle matinée du mois de juin, les époux, désunis par un hasard presque surnaturel, partirent des deux points les plus opposés de Paris, pour venir se rencontrer dans l’étude de leur avoué commun.

Les avances qui furent largement faites par Derville au colonel Chabert lui avaient permis d’être vêtu selon son rang.

Le défunt arriva donc voituré dans un cabriolet fort propre.

Il avait la tête couverte d’une perruque appropriée à sa physionomie, il était habillé de drap bleu, avait du linge blanc, et portait sous son gilet le sautoir rouge des grands officiers de la Légion d’honneur.

Téléchargez Maintenant votre livre en PDF :
Le Colonel Chabert d’Honoré de Balzac.

En reprenant les habitudes de l’aisance, il avait retrouvé son ancienne élégance martiale.

Il se tenait droit.

Sa figure, grave et mystérieuse, où se peignaient le bonheur et toutes ses espérances, paraissait être rajeunie et plus grasse, pour emprunter à la peinture une de ses expressions les plus pittoresques.

Il ne ressemblait pas plus au Chabert en vieux carrick, qu’un gros sou ne ressemble à une pièce de quarante francs nouvellement frappée.

La comtesse fit un geste intraduisible lorsqu’elle entendit le bruit des pas de son mari.

Puis, avec la profonde perspicacité que donne une haute scélératesse ou le féroce égoïsme du monde, elle crut pouvoir vivre en paix sur la promesse et le mépris de ce loyal soldat.

Chabert disparut en effet.

Le nourrisseur fit faillite et devint cocher de cabriolet.

Peut-être le colonel s’adonna-t-il d’abord à quelque industrie du même genre.

Peut-être, semblable à une pierre lancée dans un gouffre, alla-t-il, de cascade en cascade, s’abîmer dans cette boue de haillons qui foisonne à travers les rues de Paris.

Six mois après cet événement, Derville, qui n’entendait plus parler ni du colonel Chabert ni de la comtesse Ferraud, pensa qu’il était survenu sans doute entre eux une transaction, que, par vengeance, la comtesse avait fait dresser dans une autre étude.

Alors, un matin, il supputa les sommes avancées audit Chabert, y ajouta les frais, et pria la comtesse Ferraud de réclamer à M. le comte Chabert le montant de ce mémoire, en présumant qu’elle savait où se trouvait son premier mari.

Le lendemain même l’intendant du comte Ferraud, récemment nommé président du tribunal de première instance dans une ville importante, écrivit à Derville ce mot désolant :

« Monsieur, Mme la comtesse Ferraud me charge de vous prévenir que votre client avait complètement abusé de votre confiance, et que l’individu qui disait être le comte Chabert a reconnu avoir indûment pris de fausses qualités.

Agréez, etc.

« DELBECQ. »

Le Colonel Chabert d’Honoré de Balzac,

« On rencontre des gens qui sont aussi, ma parole d’honneur, pas trop bêtes.

Ils ont volé le baptême, s’écria Derville.

Soyez donc l’humain, généreux, philanthrope et avoué, vous vous faites enfoncer !

Voilà une affaire qui me coûte plus de deux billets de mille francs. »

Croyez, monsieur, que si je ne vous ai pas témoigné la reconnaissance que je vous dois pour vos bons offices, elle n’en est pas moins là, dit-il en se mettant la main sur le coeur.

Oui, elle est là, pleine et entière.

Mais que peuvent les malheureux ?

Ils aiment, voilà tout.

Téléchargez Maintenant votre livre en PDF :
Le Colonel Chabert d’Honoré de Balzac.

–  Comment, lui dit Derville, n’avez-vous pas stipulé pour vous quelque rente ?

–  Ne me parlez pas de cela ! répondit le vieux militaire.

Vous ne pouvez pas savoir jusqu’où va mon mépris pour cette vie extérieure à laquelle tiennent la plupart des hommes.

J’ai subitement été pris d’une maladie, le dégoût de l’humanité.

Quand je pense que Napoléon est à Sainte Hélène, tout ici-bas m’est indifférent.

Je ne puis plus être soldat, voilà tout mon malheur.

Enfin, ajouta-t-il en faisant un geste plein d’enfantillage, il vaut mieux avoir du luxe dans ses sentiments que sur ses habits.

Je ne crains, moi, le mépris de personne. »

Sorti de l’hospice des Enfants trouvés, il revient mourir à l’hospice de la Vieillesse, après avoir, dans l’intervalle, aidé Napoléon à conquérir l’Égypte et l’Europe.

Savez-vous, mon cher, reprit Derville après une pause, qu’il existe dans notre société trois hommes, le Prêtre, le Médecin et l’Homme de justice, qui ne peuvent pas estimer le monde ?

Ils ont des robes noires, peut-être parce qu’ils portent le deuil de toutes les vertus, de toutes les illusions.

Le plus malheureux des trois est l’avoué.

Quand l’homme vient trouver le prêtre, il arrive poussé par le repentir, par le remords, par des croyances qui le rendent intéressant, qui le grandissent, et consolent l’âme du médiateur, dont la tâche ne va pas sans une sorte de jouissance : il purifie, il répare, et réconcilie.

Mais, nous autres avoués, nous voyons se répéter les mêmes sentiments mauvais, rien ne les corrige, nos études sont des égouts qu’on ne peut pas curer.

Combien de choses n’ai-je pas apprises en exerçant ma charge !

Le Colonel Chabert d’Honoré de Balzac,

J’ai vu mourir un père dans un grenier, sans sou ni maille, abandonné par deux filles auxquelles il avait donné quarante mille livres de rente !

J’ai vu brûler des testaments ; j’ai vu des mères dépouillant leurs enfants, des maris volant leurs femmes, des femmes tuant leurs maris en se servant de l’amour qu’elles leur inspiraient pour les rendre fous ou imbéciles, afin de vivre en paix avec un amant.

J’ai vu des femmes donnant à l’enfant d’un premier lit des goûts qui devaient amener sa mort, afin d’enrichir l’enfant de l’amour.

Je ne puis vous dire tout ce que j’ai vu, car j’ai vu des crimes contre lesquels la justice est impuissante.

Enfin, toutes les horreurs que les romanciers croient inventer sont toujours au-dessous de la vérité.

Vous allez connaître ces jolies choses-là, vous ; moi, je vais vivre à la campagne avec ma femme, Paris me fait horreur.

Le Colonel Chabert d’Honoré de Balzac,

Téléchargez Maintenant votre livre en PDF :
Le Colonel Chabert d’Honoré de Balzac.

Du même Auteur Honoré de Balzac

vous aimerez aussi:

    Recevez mes articles par e-mail :

    Étiquettes : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.

Copyright © 2012-2017 Auteur-editeur-sur-kindle.
.

Mentions légales Réalisation 123 Web | contenu rédactionnel géré par le client