0

Les Liaisons Dangereuses – Pierre Choderlos de Laclos.

Posted by Eddy on 12 mai 2015 in Auteur sur kindle |

Les Liaisons Dangereuses
Pierre Choderlos de Laclos.

 

Eh ! Quel autre moyen qu’une prompte rupture peut justifier d’un choix honteux !

Mais, je puis le dire, cette ivresse des sens, peut-être même ce délire de la vanité, n’a point passé jusqu’à mon cœur.

Les Liaisons Dangereuses, Pierre Choderlos de Laclos

Les Liaisons Dangereuses, Pierre Choderlos de Laclos

Né pour l’Amour, l’intrigue pouvait le distraire, et ne suffisait pas pour l’occuper ; entouré d’objets séduisants, mais méprisables, aucun n’allait jusqu’à mon âme : on m’offrait des plaisirs, je cherchais des vertus ; et moi-même enfin je me crus inconstant, parce que j’étais délicat et sensible.

Croyez-moi, Vicomte, on acquiert rarement les qualités dont on peut se passer.

Téléchargez votre pdf gratuitement, Les Liaisons Dangereuses de Pierre Choderlos de Laclos.

Combattant sans risque, vous devez agir sans précaution.

Pour vous autres hommes, les défaites ne sont que des succès de moins.

Dans cette partie si inégale, notre fortune est de ne pas perdre, et votre malheur de ne pas gagner.

Quand je vous accorderais autant de talents qu’à nous, de combien encore ne devrions-nous pas vous surpasser, par la nécessité où nous sommes d’en faire un continuel usage !

Un petit moment après, il a voulu m’embrasser ; et pendant que je me défendais, comme c’est naturel, il a si bien fait, que je n’aurais pas voulu pour toute chose au monde… mais, lui voulait un baiser auparavant.

Il a bien fallu, car comment faire ?

Les Liaisons Dangereuses – Pierre Choderlos de Laclos

Voici un livre de Pierre Choderlos de Laclos, à l’époque il n’y avait pas de sms, d’email ou de skype, vous deviez écrire pour convaincre.

D’autant que j’avais essayé d’appeler, mais outre que je n’ai pas pu, il a bien su me dire que, s’il venait quelqu’un, il saurait bien rejeter toute la faute sur moi ; et, en effet, c’était bien facile, à cause de cette clef.

ensuiteil ne s’est pas retiré davantage.

Il en a voulu un second ; et celui-là, je ne savais pas ce qui en était, mais il m’a toute troublée ; et après, c’était encore pis qu’auparavant.

Oh ! Par exemple, c’est bien mal ça.

Enfin après…, vous m’exempterez bien de dire le reste ; mais je suis malheureuse autant qu’on puisse l’être.

Téléchargez votre pdf gratuitement, Les Liaisons Dangereuses
de Pierre Choderlos de Laclos.

Ce que je me reproche le plus, et dont pourtant il faut que je vous parle, c’est que j’ai peur de ne pas m’être défendue autant que je le pouvais.

Je ne sais pas comment cela se faisait : sûrement, je n’aime pas M. de Valmont, bien au contraire ; et il y avait des moments où j’étais comme si je l’aimais…

Vous jugez bien que ça ne m’empêchait pas de lui dire toujours que non : mais je sentais bien que je ne faisais pas comme je disais ; et ça, c’était comme malgré moi ; et puis aussi, j’étais bien troublée !

Les Liaisons Dangereuses – Pierre Choderlos de Laclos

S’il est toujours aussi difficile que ça de se défendre, il faut y être bien accoutumé !

Il est vrai que M. de Valmont a des façons de dire, qu’on ne sait pas comment faire pour lui répondre : enfin, croiriez-vous que quand il s’en est allé, j’en étais comme fâchée, et que j’ai eu la faiblesse de consentir qu’il revînt ce soir : ça me désole encore plus que tout le reste.

J’aime beaucoup Danceny ; et depuis longtemps, comme vous savez, je vois peu M. de Gercourt ; mais mon amitié pour l’un, mon indifférence pour l’autre, ne m’empêchent point de sentir l’énorme différence qui se trouve entre ces deux partis.

Téléchargez votre PDF Gratuitement, Les Liaisons Dangereuses
de Pierre Choderlos de Laclos.

Leur naissance est égale, j’en conviens ; mais l’un est sans fortune, et celle de l’autre est telle que, même sans naissance, elle aurait suffi pour le mener à tout.

J’avoue bien que l’argent ne fait pas le bonheur ; mais il faut avouer aussi qu’il le facilite beaucoup.

Les Liaisons Dangereuses – Pierre Choderlos de Laclos

Mademoiselle de Volanges est, comme vous le dites, assez riche pour deux : cependant, soixante mille livres de rente dont elle va jouir ne sont pas déjà tant quand on porte le nom de Danceny, quand il faut monter et soutenir une maison qui y réponde.

Nous ne sommes plus au temps de Madame de Sévigné.

Le luxe absorbe tout : on le blâme, mais il faut l’imiter, et le superflu finit par priver du nécessaire.

sipourtant on aime mieux le genre héroïque, je montrerai la Présidente, ce modèle cité de toutes les vertus !

Respectée même de nos plus libertins !

telleenfin qu’on avait perdu jusqu’à l’idée de l’attaquer !

Téléchargez votre pdf gratuitement, Les Liaisons Dangereuses
de Pierre Choderlos de Laclos.

Je la montrerai, dis-je, oubliant ses devoirs et sa vertu, sacrifiant sa réputation et deux ans de sagesse, pour courir après le bonheur de me plaire, pour s’enivrer de celui de m’aimer, se trouvant suffisamment dédommagée de tant de sacrifices, par un mot, par un regard qu’encore elle n’obtiendra pas toujours.

Je ferai plus, je la quitterai ; et je ne connais pas cette femme, ou je n’aurai point de successeur.

Elle résistera au besoin de consolation, à l’habitude du plaisir, au désir même de la vengeance.

Les Liaisons Dangereuses – Pierre Choderlos de Laclos

Enfin, elle n’aura existé que pour moi ; et que sa carrière soit plus ou moins longue, j’en aurai seul ouvert et fermé la barrière.

Une fois parvenu à ce triomphe, je dirai à mes rivaux :

«  voyez mon ouvrage, et cherchez-en dans le siècle un second exemple !  »

Vous allez me demander d’où vient aujourd’hui cet excès de confiance ?

C’est que depuis huit jours je suis dans la confidence de ma belle ; elle ne me dit pas ses secrets, mais je les surprends.

Deux Lettres d’elle à Madame de Rosemonde m’ont suffisamment instruit, et je ne lirai plus les autres que par curiosité.

Je n’ai absolument besoin, pour réussir, que de me rapprocher d’elle, et mes moyens sont trouvés.

Je vais incessamment les mettre en usage.

Vous êtes curieuse, je crois ? …

Téléchargez votre pdf gratuitement, Les Liaisons Dangereuses
de Pierre Choderlos de Laclos.

Vous voyez bien, qu’aussi éloignés l’un de l’autre par notre façon de penser, nous ne pouvons-nous rapprocher d’aucune manière ; et je crains qu’il ne me faille beaucoup de temps, mais beaucoup, avant de changer de sentiment.

Quand je serai corrigée, je vous promets de vous avertir.

Jusque-là croyez-moi, faites d’autres arrangements, et gardez vos baisers, vous avez tant à les placer mieux ! …

Adieu, comme autrefois, dites-vous ?

Mais autrefois, ce me semble, vous faisiez un peu plus de cas de moi ; vous ne m’aviez pas destinée tout à fait aux troisièmes Rôles ; et surtout vous vouliez bien attendre que j’eusse dit oui, avant d’être sûr de mon consentement.

Trouvez donc bon qu’au lieu de vous dire aussi adieu comme autrefois, je vous dise adieu comme à présent.

votreservante, Monsieur le Vicomte.

Les Liaisons Dangereuses – Pierre Choderlos de Laclos

Ne croyez pas, ma chère Enfant, que leur amour soit semblable au nôtre.

Ils éprouvent bien la même ivresse ; souvent même ils y mettent plus d’emportement : mais ils ne connaissent pas cet empressement inquiet, cette sollicitude délicate, qui produit en nous ces soins tendres et continus, et dont l’unique but est toujours l’objet aimé.

L’homme jouit du bonheur qu’il ressent, et la femme de celui qu’elle procure.

Cette différence, si essentielle et si peu remarquée, influe pourtant, d’une manière bien sensible, sur la totalité de leur conduite respective.

Le plaisir de l’un est de satisfaire des désirs, celui de l’autre est surtout de les faire naître.

Téléchargez Votre PDF Gratuitement, Les Liaisons Dangereuses
de Pierre Choderlos de Laclos.

Plaire n’est pour lui qu’un moyen de succès ; tandis que pour elle, c’est le succès lui-même.

C’est une loi de la nature, que l amour seul peut changer ; et de l’amour, en a-t-on quand on veut ?

Il en faut pourtant toujours : et cela serait vraiment fort embarrassant, si on ne s’était pas aperçu qu’heureusement il suffisait qu’il en existât d’un côté.

La difficulté est devenue par-là de moitié moindre, et même sans qu’il y ait eu beaucoup à perdre ; en effet, l’un jouit du bonheur d’aimer, l’autre de celui de plaire, un peu moins vif à la vérité, mais auquel se joint le plaisir de tromper, ce qui fait équilibre ; et tout s’arrange.

vous aimerez aussi:

    Recevez mes articles par e-mail :

    Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.

Copyright © 2012-2017 Auteur-editeur-sur-kindle.
.

Mentions légales Réalisation 123 Web | contenu rédactionnel géré par le client