0

Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et autres Contes Merveilleux…

Posted by Eddy on 18 septembre 2015 in Auteur sur kindle |

 

Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et
autres Contes Merveilleux d’Anatole France.

 

Barbe Bleue,LE MIRACLE DU GRAND SAINT NICOLAS, HISTOIRE DE LA DUCHESSE DE CICOGNE ET DE M. DE BOULINGRIN, QUI DORMIRENT CENT ANS EN COMPAGNIE DE LA BELLE-AU-BOIS-DORMANT, aphasie, etc. etc…

Auteur : Anatole France.

Éditeur : Les Editions PEL.

Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et autres Contes Merveilleux d’Anatole France

Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et autres Contes Merveilleux d’Anatole France

Voici des histoires d’Anatole France.

Barbe Bleue :

Mais où nous nous retrouvons dans notre propre domaine, ou pour mieux dire dans notre juridiction, où nous redevenons juges des faits, arbitres des circonstances, c’est quand nous lisons que cette clef était tachée de sang.

L’autorité des textes ne s’imposera pas à nous jusqu’à nous le faire croire.

Elle n’était point tachée de sang.

Il en avait coulé dans le petit cabinet, mais en un temps déjà lointain.

Qu’on l’eût lavé ou qu’il eût séché, la clef n’en pouvait être teinte, et ce que, dans son trouble, l’épouse criminelle prit sur l’acier pour une tache de sang était un reflet du ciel encore tout empourpré des roses de l’aurore.

  1. de Montragoux ne s’aperçut pas moins, à la vue de la clef, que sa femme était entrée dans le petit cabinet.

Téléchargez ICI Votre livre en PDF : Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et autres Contes Merveilleux d’Anatole France.

Il observa, en effet, que cette clef apparaissait maintenant plus nette et plus brillante que lorsqu’il l’avait donnée, et pensa que ce poli ne pouvait venir que de l’usage.

Il en éprouva une pénible impression et dit à sa jeune femme avec un sourire triste :

‹- Ma mie, vous êtes entrée dans le petit cabinet.

Puisse-t-il n’en rien résulter de fâcheux pour vous ni pour moi !

Il s’exhale de cette chambre une influence maligne à laquelle j’eusse voulu vous soustraire.

Si vous y demeuriez soumise à votre tour, je ne m’en consolerais pas.

Pardonnez-moi : on est superstitieux quand on aime.

A ces mots, bien que la Barbe-Bleue ne pût lui faire peur, car son langage et son maintien n’exprimaient que la mélancolie et l’amour, la jeune dame de Montragoux se mit à crier à tue-tête :

‹- Au secours ! On me tue !

C’était le signal convenu.

En l’entendant le chevalier de la Merlus et les deux fils de madame de Lespoisse devaient se jeter sur la Barbe-Bleue et le percer de leurs épées.

Mais le chevalier, que Jeanne avait caché dans une armoire de la chambre, parut seul.

  1. de Montragoux, le voyant bondir l’épée au poing, se mit en garde.

Jeanne s’enfuit épouvantée et rencontra dans la galerie sa sœur Anne, qui n’était pas, comme on l’a dit, sur une tour, car les tours du château avaient été abattues par l’ordre du cardinal de Richelieu.

Anne de Lespoisse s’efforçait de redonner du cœur à ses deux frères, qui, pâles et chancelants, n’osaient risquer un si grand coup.

Invitez Vos Amis sur notre blog, Merci d’avance,
Nous pourrons ainsi continuer à vous proposer de nouveaux livres en PDF Gratuitement.

Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et
autres Contes Merveilleux d’Anatole France

Jeanne, rapide et suppliante :

‹- Vite ! vite ! Mes frères, secourez mon amant !

Alors Pierre et Cosme coururent sur la Barbe Bleue ; ils le trouvèrent qui, ayant désarmé le chevalier de la Merlus, le tenait sous son genou, et ils lui passèrent traîtreusement, par derrière, leur épée à travers le corps et le frappèrent encore longtemps après qu’il eut expiré.

La Barbe-Bleue n’avait point d’héritiers.

Sa veuve demeura maîtresse de ses biens.

Elle en employa une partie à doter sa sœur Anne, une autre partie à acheter des charges de capitaine à ses deux frères et le reste à se marier elle-même avec le chevalier de la Merlus, qui devint un très honnête homme dès qu’il fut riche.

Ce mont se nomme le mont Sauveur.

Saint Nicolas résolut de s’y réfugier et d’y pleurer, loin du siècle, ses péchés et les péchés des hommes.

Comme il gravissait la montagne, à la recherche d’un lieu sauvage où il établirait son habitation, parvenu au-dessus des nuages qui s’assemblent presque constamment aux flancs du roc, il vit au seuil d’une cabane un vieillard qui partageait son pain avec une biche apprivoisée.

Sa cuculle retombait sur son front, et l’on n’apercevait de son visage que le bout du nez et une longue barbe blanche.

Téléchargez ICI Votre livre en PDF : Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et autres Contes Merveilleux d’Anatole France.

Le saint homme Nicolas le salua par ces mots :

– La paix soit avec vous, mon frère.

– Elle se plaît sur cette montagne, répondit le solitaire.

– Aussi, répliqua le saint homme Nicolas, y suis-je venu terminer, dans le calme, des jours troublés par le tumulte du siècle et la malice des hommes.

Tandis qu’il parlait de la sorte, l’ermite le regardait attentivement :

– N’êtes-vous pas, lui dit-il enfin, l’évêque de Trinqueballe, ce Nicolas dont on vante les travaux et les vertus ?

Le saint pontife ayant fait signe qu’il était cet homme, l’ermite se jeta à ses pieds.

– Seigneur, je vous devrai le salut de mon âme, si comme je l’espère, mon âme est sauvée.

Nicolas le releva avec bonté et lui demanda :

– Mon frère, comment ai-je eu le bonheur de travailler à votre salut ?

– Il y a vingt ans, répondit le solitaire, étant aubergiste à l’orée d’un bois, sur une route abandonnée, je vis, un jour, dans un champ, trois petits enfants qui glanaient ; je les attirai dans ma maison, leur fis boire du vin, les égorgeai pendant leur sommeil, les coupai par morceaux et les salai.

Le Seigneur, regardant vos mérites, les ressuscita par votre intervention.

En les voyant sortir du saloir, je fus glacé de terreur : sur vos exhortations, mon coeur se fondit ; j’éprouvai un repentir salutaire, et, fuyant les hommes, me rendis sur cette montagne où je consacrai mes jours à Dieu.

Il répandit sa paix sur moi.

– Quoi, s’écria le saint évêque, vous êtes ce cruel Garum, coupable d’un crime si atroce !

Je loue Dieu qui vous accorda la paix du coeur après le meurtre horrible de trois enfants que vous avez mis dans le saloir comme pourceaux ; mais moi, hélas !

Pour les en avoir tirés, ma vie a été remplie de tribulations, mon âme abreuvée d’amertume, mon épiscopat entièrement désolé.

Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et
autres Contes Merveilleux d’Anatole France

J’ai été déposé, excommunié par le père commun des fidèles.

Pourquoi suis-je puni si cruellement de ce que j’ai fait ?

­ Adorons Dieu, dit Garum, et ne lui demandons pas de comptes.

Le grand saint Nicolas bâtit de ses mains une cabane auprès de celle de Garum et il y finit ses jours dans la prière et dans la pénitence.

La Belle au Bois dormant :

L’histoire de la Belle-au-Bois-dormant est bien connue ; on en a d’excellents récits en vers et en prose.

Je n’entreprendrai pas de la conter de nouveau ; mais, ayant eu communication de plusieurs mémoires du temps, restés inédits, j’y ai trouvé des anecdotes relatives au roi Cloche et à la reine Satine, dont la fille dormit cent ans, ainsi qu’a divers personnages de la Cour qui partagèrent le sommeil de la princesse.

Je me propose de communiquer au public ce qui, dans ces révélations, m’a paru le plus intéressant.

Après plusieurs années de mariage, la reine Satine donna au roi son époux une fille qui reçut les noms de Paule-Marie-Aurore.

Téléchargez ICI Votre livre en PDF : Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et autres Contes Merveilleux d’Anatole France.

Les fêtes du baptême furent réglées, par le duc des Hoisons, grand maître des cérémonies, d’après un formulaire qui datait de l’empereur Honorius et ou l’on ne pouvait rien déchiffrer tant il était moisi et rongé des rats.

Il y avait encore des fées en ce temps-là, et celles qui étaient titrées allaient à la Cour.

Sept d’entre elles furent priées d’être marraines, la reine Titania, la reine Mab, la sage Viviane, élevée par Merlin dans l’art des enchantements, Mélusine, dont Jean d’Arras écrivit l’histoire et qui devenait serpente tous les samedis (mais le baptême se fit un dimanche), Urgèle, la blanche Anna de Bretagne et Mourgue qui emmena Ogier le Danois dans le pays d’Avalon.

Elles parurent au château en robes couleur du temps, du soleil, de la lune, et des nymphes, et tout étincelantes de diamants et de perles……

LA CHEMISE

LE ROI CHRISTOPHE, SON GOUVERNEMENT,

SES MURS, SA MALADIE

Christophe V n’était pas un mauvais roi.

Il observait exactement les règles du gouvernement parlementaire et ne résistait jamais aux volontés des Chambres.

Cette soumission ne lui coûtait pas beaucoup, car il s’était aperçu que, s’il y a plusieurs moyens d’arriver au pouvoir, il n’y en a pas deux de s’y maintenir ni deux façons de s’y comporter, que ses ministres, quels que fussent leur origine, leurs principes, leurs idées, leurs sentiments, gouvernaient tous d’une seule et même façon et que, en dépit de certaines divergences de pure forme, ils se répétaient les uns les autres avec une exactitude rassurante.

Aussi portait-il sans hésitation aux affaires tous ceux que les Chambres lui désignaient, préférant toutefois les révolutionnaires comme plus ardents à imposer leur autorité.

Pour sa part, il s’occupait surtout des affaires extérieures.

Il faisait fréquemment des voyages diplomatiques, dînait et chassait avec les rois ses cousins et se vantait d’être le meilleur ministre des affaires étrangères qu’on pût rêver.

A l’intérieur, il se soutenait aussi bien que le permettait le malheur des temps.

Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et
autres Contes Merveilleux d’Anatole France

Il n’était ni très aimé ni très estimé de son peuple, ce qui lui assurait l’avantage précieux de ne jamais donner de déceptions.

Exempt de l’amour public, il n’était point menacé de l’impopularité assurée à quiconque est populaire.

Son royaume était riche.

L’industrie et 1e commerce y florissaient sans toutefois s’étendre de façon à inquiéter les nations voisines.

Ses finances surtout commandaient l’admiration.

La solidité de son crédit semblait inébranlable ; les financiers en parlaient avec enthousiasme, avec amour et les yeux mouillés de larmes généreuses.

Quelque honneur en rejaillissait sur le roi Christophe.

La recherche du BONHEUR

Téléchargez ICI Votre livre en PDF : Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et autres Contes Merveilleux d’Anatole France.

Reconnaissant un de ses métayers :

– Qu’est-ce, Ulric ? demanda le jeune maître.

Ulric ne répondit pas.

– Un malheur ? Parle !

– Monsieur, votre épouse, impatiente de vous revoir, a voulu aller au-devant de vous.

Le pont de bois s’est rompu et elle s’est noyée dans le torrent avec ses deux enfants.

Laissant le jeune montagnard fou de douleur, ils se rendirent chez M. Miton, et furent reçus au presbytère dans une chambre qui servait au curé de parloir et de bibliothèque ; il y avait là, sur des tablettes de sapin, un millier de volumes et, contre les murs blanchis à la chaux, des gravures anciennes d’après des paysages de Claude Lorrain et du Poussin ; tout y révélait une culture et des habitudes d’esprit qu’on ne rencontre pas d ordinaire dans un presbytère de village.

Le curé Miton, entre deux âges, avait l’air intelligent et bon.

A ses deux visiteurs, qui feignaient de vouloir s’établir dans le pays, il vanta le climat, la fertilité, la beauté de la vallée.

Il leur offrit du pain blanc, des fruits, du fromage et du lait.

Puis il les mena dans son potager qui était d’une fraîcheur et d’une propreté charmantes ; sur le mur qui recevait le soleil les espaliers allongeaient leurs branches avec une exactitude géométrique ; les quenouilles des arbres fruitiers s’élevaient à égale distance les unes des autres, bien régulières et bien fournies.

– Vous ne vous ennuyez jamais, monsieur le curé ? demanda Quatrefeuilles.

– Le temps me paraît court entre ma bibliothèque et mon jardin, répondit le prêtre.

Pour tranquille et paisible qu’elle soit, ma vie n’en est pas moins active et laborieuse.

Je célèbre les offices, je visite les malades et les indigents, je confesse mes paroissiens et mes paroissiennes.

Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et
autres Contes Merveilleux d’Anatole France

Les pauvres créatures n’ont pas beaucoup de péchés à dire ; puis je m’en plaindre ?

Mais elles les disent longuement.

Il me faut réserver quelque temps pour préparer mes prônes et mes catéchismes : mes catéchismes surtout me donnent de la peine, bien que je les fasse depuis plus de vingt ans.

Il n’est pas si grave de parler aux enfants : ils croient tout ce qu’on leur dit.

J’ai aussi mes heures de distraction.

Téléchargez ICI Votre livre en PDF : Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et autres Contes Merveilleux d’Anatole France.

Je fais des promenades ; ce sont toujours les mêmes et elles sont infiniment variées.

Un paysage change avec les saisons, avec les jours, avec les heures, avec les minutes ; il est toujours divers, toujours nouveau.

Je passe agréablement les longues soirées de la mauvaise saison avec de vieux amis, le pharmacien, le percepteur et le juge de paix.

Nous faisons de la musique.

– Morine, ma servante, excelle à cuire les châtaignes ; nous nous en régalons.

Qu’y a- t-il de meilleur au goût que des châtaignes, avec un verre de vin blanc ?

– Monsieur, dit Quatrefeuilles à ce bon curé, nous sommes au service du roi.

Nous venons vous demander de nous faire une déclaration qui sera pour le pays et pour le monde entier d’une grande conséquence.

Il y va de la santé et peut être de la vie du monarque.

C’est pourquoi nous vous prions d’excuser notre question, si étrange et si indiscrète qu’elle vous paraisse, et d’y répondre sans réserve ni réticence aucune.

Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et
autres Contes Merveilleux d’Anatole France

Monsieur le curé, êtes-vous heureux ?

  1. Miton prit la main de Quatrefeuilles, la pressa et dit d’une voix à peine perceptible.

– Mon existence est une torture.

Je vis dans un perpétuel mensonge.

Je ne crois pas.

Et deux larmes roulèrent de ses yeux,………

Téléchargez ICI Votre livre en PDF : Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et autres Contes Merveilleux d’Anatole France.

vous aimerez aussi:

    Recevez mes articles par e-mail :

    Étiquettes : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.

Copyright © 2012-2017 Auteur-editeur-sur-kindle.
.

Mentions légales Réalisation 123 Web | contenu rédactionnel géré par le client