0

Poil de Carotte de Jules Renard.

Posted by Eddy on 2 juillet 2015 in Auteur sur kindle |

 

Poil de Carotte de Jules Renard.

 

Voici un livre en PDF de Jules Renard, c’est Poil de Carotte, à lire pour essayer de comprendre la frustration, la méchanceté, l’égoïsme et la négligence dans une famille…

Poil de Carotte de Jules Renard

Poil de Carotte de Jules Renard

Ils oublient leur faim et se mettent à nager en marin, en chien, en grenouille.

Les deux têtes seules émergent.

Ils coupent de la main, refoulent du pied les petites vagues vertes aisément brisées.

Mortes, elles ne se referment plus.

– J’en ai jusqu’au menton, dit grand frère Félix.

– Regarde comme j’avance, dit Poil de Carotte.

Ils doivent se reposer, savourer avec plus de calme leur bonheur.

Téléchargez ICI votre livre en PDF :
Poil de Carotte de Jules Renard
.

Accoudés, ils suivent du regard les galeries soufflées que creusent les taupes et qui zigzaguent à fleur de sol, comme à fleur de peau les veines des vieillards.

Tantôt ils les perdent de vue, tantôt elles débouchent dans une clairière, où la cuscute rongeuse, parasite méchante, choléra des bonnes luzernes, étend sa barbe de filaments roux.

Les taupinières y forment un minuscule village de huttes dressées à la mode indienne.

– Ce n’est pas tout ça, dit grand frère Félix, mangeons.

Je commence.

Prends garde de toucher à ma portion.

Avec son bras comme rayon, il décrit un arc de cercle.

– J’ai assez du reste, dit Poil de Carotte.

Les deux têtes disparaissent.

Poil de Carotte de Jules Renard.

Qui les devinerait ?

Le vent souffle de douces haleines, retourne les minces feuilles de luzerne, en montre les dessous pâles, et le champ tout entier est parcouru de frissons.

Grand frère Félix arraches des brassées de fourrage, s’en enveloppe la tête, feint de se bourrer, imite le bruit de mâchoires d’un veau inexpérimenté qui se gonfle.

Et tandis qu’il fait semblant de dévorer tout, les racines mêmes, car il connaît la vie, Poil de Carotte le prend au sérieux, et, plus délicat, ne choisit que les belles feuilles.

Du bout de son nez il les courbe, les amène à sa bouche et les mâche posément.

Pourquoi se presser ?

La table n’est pas louée.

La foire n’est pas sur le pont.

Et les dents crissantes, la langue amère, le cœur soulevé, il avale, se régale.

– Ça vous la coupe, dit Poil de Carotte, dès qu’Agathe et luis se trouvent seuls dans la cuisine. Ne vous découragez pas, vous en verrez d’autres.

Mais où allez-vous avec ces bouteilles ?

– A la cave, monsieur Poil de Carotte.

Téléchargez ICI votre livre en PDF :
Poil de Carotte de Jules Renard.

Poil de Carotte : Pardon, c’est moi qui vais à la cave.

Du jour où j’ai pu descendre l’escalier si mauvais que les femmes glissent et risquent de s’y casser le cou, je suis devenu l’homme de confiance.

Je distingue le cachet rouge du cachet bleu.

Je vends les vieilles feuillettes pour mes petits bénéfices, de même que les peaux de lièvres, et je remets l’argent à maman.

Entendons-nous, s’il vous plaît, afin que l’un ne gêne pas l’autre dans son service.

Le matin j’ouvre au chien et je lui fais manger sa soupe.

Poil de Carotte de Jules Renard.

Le soir je lui siffle de venir se coucher.

Quand il s’attarde par les rues, je l’attends.

En outre, maman m’a promis que je fermerais toujours la porte des poules.

J’arrache les herbes qu’il faut connaître, dont je secoue la terre sur mon pied pour reboucher leur trou, et que je distribue aux bêtes.

Comme exercice, j’aide mon père à scier du bois.

J’achève le gibier qu’il rapporte vivant et vous le plumez avec sœur Ernestine.

Je fends le ventre des poissons, je les vide et fais péter leurs vessies sous mon talon.

Par exemple c’est vous qui les écaillez et qui tirez les seaux du puis.

J’aide à dévider les écheveaux de fil.

Je mouds le café.

Téléchargez ICI votre livre en PDF :
Poil de Carotte de Jules Renard.

Quand M. Lepic quitte ses souliers sales, c’est moi qui les porte dans le corridor, mais sœur Ernestine ne cède à personne le droit de rapporter les pantoufles qu’elle a brodées elle-même.

Je me charge des commissions importantes, des longues trottes, d’aller chez le pharmacien ou le médecin.

De votre côté, vous courez le village aux menues provisions.

Mais vous devrez, deux ou trois heures par jour et par tous les temps, laver à la rivière.

Ce sera le plus dur de votre travail, ma pauvre fille ; je n’y peux rien.

Cependant je tâcherai quelquefois, si je suis libre, de vous donner un coup de main, quand vous étendrez le linge sur la haie.

J’y pense : un conseil.

N’étendez jamais votre linge sur les arbres fruitiers.

Monsieur Lepic, sans vous adresser d’observation, d’une chiquenaude le jetterait par terre, et madame Lepic, pour une tache, vous renverrait le laver.

Je vous recommande les chaussures.

Mettez beaucoup de graisse sur les souliers de chasse et très peu de cirage sur les bottines.

Çà les brûle.

Ne vous acharnez pas après les culottes crottées.

Monsieur Lepic affirme que la boue les conserve.

Il marche au milieu de la terre labourée sans relever le bas de son pantalon.

Je préfère relever le mien, quand monsieur Lepic m’emmène et que je porte le carnier.

– Poil de Carotte, me dit-il, tu ne deviendras jamais un chasseur sérieux.

Et madame Lepic me dit :

– Gare à tes oreilles si tu te salis.

C’est une affaire de goût.

En somme vous ne serez pas trop à plaindre.

Pendant mes vacances nous nous partagerons la besogne et vous en aurez moins, ma sœur, mon frère et moi rentrés à la pension.

Ça revient au même.

Poil de Carotte de Jules Renard.

D’ailleurs personne ne vous semblera bien méchant.

Interrogez nos amis : ils vous jureront tous que ma sœur Ernestine a une douceur angélique, mon frère Félix, un cœur d’or, monsieur Lepic l’esprit droit, le jugement sûr, et madame Lepic un rare talent de cordon bleu.

C’est peut-être à moi que vous trouverez le plus difficile caractère de la famille.

Au fond j’en vaux un autre.

Il suffit de savoir me prendre.

Du reste, je me raisonne, je me corrige ; sans fausse modestie, je m’améliore et si vous y mettez un peu du vôtre, nous vivrons en bonne intelligence.

Non, ne m’appelez plus monsieur, appelez-moi Poil de Carotte, comme tout le monde.

C’est moins long que monsieur Lepic fils.

Seulement je vous prie de ne pas me tutoyer, à la façon de votre grand’mère Honorine que je détestais, parce qu’elle me froissait toujours.

Comme ils reviennent du lycée ce matin, traînant les pieds et moutonniers, Poil de Carotte, qui marche la tête basse, entend dire :

– Poil de Carotte, regarde ton père là-bas !

Téléchargez ICI votre livre en PDF :
Poil de Carotte de Jules Renard.

Lepic aime surprendre ainsi ses garçons.

Il arrive sans écrire, et on l’aperçoit soudain, planté sur le trottoir d’en face, au coin de la rue, les mains derrière le dos, une cigarette à la bouche.

Poil de Carotte et grand frère Félix sortent des rangs et courent à leur père.

– Vrai ! dit Poil de Carotte, si je pensais à quelqu’un, ce n’était pas à toi.

– Tu penses à moi quand tu me vois, dit M. Lepic.

Poil de Carotte voudrait répondre quelque chose d’affectueux.

Il ne trouve rien, tant il est occupé.

Haussé sur la pointe des pieds, il s’efforce d’embrasser son père.

Une première fois il lui touche la barbe du bout des lèvres.

Mais M. Lepic, d’un mouvement machinal, dresse la tête, comme s’il se dérobait.

Puis il se penche et de nouveau recule, et Poil de Carotte, qui cherchait sa joue, le manque.

Il n’effleure que le nez.

Il baise le vide.

Il tâche de s’expliquer cet accueil étrange.

– Est-ce que mon papa ne m’aimerait plus ? se dit-il.

Je l’ai vu embrasser grand frère Félix.

Il s’abandonnait au lieu de se retirer.

Pourquoi m’évite-t-il ?

Veut-on me rendre jaloux ?

Poil de Carotte de Jules Renard.

Régulièrement je fais cette remarque.

Si je reste trois mois loin de mes parents, j’ai une grosse envie de les voir.

Je me promets de bondir à leur cou comme un jeune chien.

Nous nous mangerons de caresses.

Mais les voici, et ils me glacent.

Tout à ses pensées tristes, Poil de Carotte répond mal aux questions de M. Lepic qui lui demande si le grec marche un peu.

Poil de Carotte : Ça dépend.

La version va mieux que le thème, parce que dans la version on peut deviner.

Monsieur Lepic : Et l’allemand ?

Poil de Carotte : C’est très difficile à prononcer, papa.

Monsieur Lepic : Bougre !

Comment, la guerre déclarée, battras-tu les Prussiens, sans savoir leur langue vivante ?

Poil de Carotte : Ah ! D’ici là, je m’y mettrai.

Tu me menaces toujours de la guerre.

Je crois décidément qu’elle attendra, pour éclater, que j’aie fini mes études.

Monsieur Lepic : Quelle place as-tu obtenu dans la dernière composition ?

J’espère que tu n’es pas à la queue.

Poil de Carotte de Jules Renard.

Poil de Carotte : Il en faut bien un.

Monsieur Lepic : Bougre !

Moi qui voulais t’inviter à déjeuner.

Si encore c’était dimanche !

Mais en semaine, je n’aime guère vous déranger de votre travail.

Poil de Carotte : Personnellement je n’ai pas grand-chose à faire ; et toi, Félix ?

Grand frère Félix : Juste, ce matin le professeur a oublié de nous donner notre devoir.

Monsieur Lepic : Tu étudieras mieux ta leçon.

Grand frère Félix : Ah ! Je la sais d’avance, papa.

C’est la même qu’hier.

Monsieur Lepic : Malgré tout, je préfère que vous rentriez.

Je tâcherai de rester jusqu’à dimanche et nous nous rattraperons.

Ni la moue de grand frère Félix, ni le silence affecté de Poil de Carotte ne retardent les adieux et le moment est venu de se séparer.

Poil de Carotte l’attendait avec inquiétude.

– Je verrai, se dit-il, si j’aurai plus de succès ; si, oui ou non, il déplaît maintenant à mon père que je l’embrasse.

Et résolu, le regard droit, la bouche haute, il s’approche.

Mais M. Lepic, d’une main défensive, le tient encore à distance et lui dit :

– Tu finiras par me crever les yeux avec ton porte-plume sur ton oreille.

Ne pourrais-tu le mettre ailleurs quand tu m’embrasses ?

Je te prie de remarquer que j’ôte ma cigarette, moi.

Poil de Carotte : Oh ! Mon vieux papa, je te demande pardon.

Téléchargez ICI votre livre en PDF :
Poil de Carotte de Jules Renard.

vous aimerez aussi:

    Recevez mes articles par e-mail :

    Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.

Copyright © 2012-2018 Auteur-editeur-sur-kindle.
.

Mentions légales Réalisation 123 Web | contenu rédactionnel géré par le client