0

Réflexions Politiques de Chateaubriand…

Posted by Eddy on 25 septembre 2015 in Auteur sur kindle |

 

Réflexions Politiques de Chateaubriand.

 

A méditer encore de nos jours, les Réflexions Politiques de Chateaubriand.

Auteur : Chateaubriand.

Editeur en PDF : Les Editions PEL.

Réflexions Politiques de Chateaubriand

Réflexions Politiques de Chateaubriand

C’est ce que le roi a merveilleusement senti, et c’est à quoi il a pourvu par la Charte : toutes les bases d’une liberté raisonnable y sont posées ; et les principes républicains s’y trouvent si bien combinés, qu’ils y servent à la force et à la grandeur de la monarchie.

D’une autre part, vous ne pouvez pas arracher les souvenirs, ôter aux hommes les regrets de ce passé que l’on aime et que l’on admire d’autant plus qu’il est plus loin de nous.

Si vous prétendez forcer les sentiments des vieux royalistes à se soumettre aux raisonnements du jour, vous produirez une autre espèce de réaction.

Il faut donc trouver un mode de gouvernement où la politique de nos pères puisse conserver ce qu’elle a de vénérable, sans contrarier le mouvement des siècles.

Téléchargez votre livre en PDF :
Réflexions Politiques de Chateaubriand.

Eh bien, la Charte présente encore cette heureuse institution : là se trouvent consacrés tous les principes de la monarchie.

Elle convient donc également, cette Charte, à tous les Français : les partisans du Gouvernement moderne parlent au nom des lumières qui leur semblent éclairer aujourd’hui l’esprit humain ; les défenseurs des institutions antiques invoquent l’autorité de l’expérience : ceux-ci plaident la cause du passé, ceux-là l’intérêt de l’avenir.

Les républicains disent :

 » Nous ne voulons pas retourner à la féodalité, aux superstitions du moyen âge.  »

Les royalistes s’écrient :

 » Nous ne voulons pas, de constitution en constitution, nous égarer dans de vains systèmes, abandonner ces idées morales et religieuses qui ont fait la gloire et le bonheur de nos aïeux.  » Aucun de ces excès n’est à craindre dans l’espèce de monarchie rétablie par le roi : dans cette monarchie viennent se confondre les deux opinions ; l’une ou l’autre comprimée produirait de nouveaux désastres.

Les idées nouvelles donneront aux anciennes cette dignité qui naît de la raison, et les idées anciennes prêteront aux nouvelles cette majesté qui vient du temps.

Réflexions Politiques de Chateaubriand.

La Charte n’est donc point une plante exotique, un accident fortuit du moment ; c’est le résultat de nos mœurs présentes ; c’est un traité la paix signé entre les deux partis qui ont divisé les Français : traité où chacun des deux abandonne quelque chose de ses prétentions pour concourir à la gloire de la patrie.

Les plus énormes crimes ont été commis, les doctrines les plus funestes se sont répandues au nom des lumières.

Le ridicule et l’horreur sont venus s’attacher à ces phrases philosophiques, prodiguées sans mesure par des libellistes et des assassins.

On a égorgé les blancs pour prouver la nécessité d’affranchir les noirs : la raison a servi à détrôner Dieu, et le perfectionnement de l’espèce humaine nous a fait descendre au-dessous de la brute.

Mais, d’un autre côté, n’avons-nous pas reçu une autre leçon ?

Pour nous sauver des systèmes d’une philosophie mal entendue, nous nous sommes précipités dans les idées opposées.

Qu’en est-il advenu ?

Téléchargez votre livre en PDF :
Réflexions Politiques de Chateaubriand.

Qui voudrait, qui oserait aujourd’hui vanter le pouvoir arbitraire ?

Les excès d’un peuple soulevé au nom de la liberté sont épouvantables, mais ils durent peu, et il en reste quelque chose d’énergique et de généreux.

Que reste-t-il des fureurs de la tyrannie, de cet ordre dans le mal, de cette sécurité dans la honte, de cet air de contentement dans la douleur et de prospérité la misère ?

La double leçon de l’anarchie et du despotisme nous enseigne donc que c’est dans un sage milieu que nous devons chercher la gloire et le bonheur de la France.

Prenons-y garde, d’ailleurs : si, exaspérés par le souvenir de nos maux, nous les attribuons tous aux lumières, on nous dira que la dévastation du Nouveau Monde, les massacres de l’Irlande et ceux de la Saint-Barthélemy ont été causés par la religion ; que si Louis XVI a été traîné à l’échafaud par des philosophes, Charles Ier y a été conduit par des fanatiques.

Réflexions Politiques de Chateaubriand.

Cette manière de raisonner de part et d’autre ne vaut donc rien : ce qui est bon reste bon, indépendamment du mauvais usage que les hommes en ont pu faire.

Cette difficulté sur les mots une fois écartée, venons au fond des objections.

On dit :

 » Les gouvernements sont fils des mœurs et du temps.

Restons Français ; ne transportons point chez nous les institutions d’un autre peuple, bonnes pour eux, mauvaises pour nous.  »

On se récrie avec une sorte de justice sur la multitude de nos constitutions ; mais est-ce une raison pour ne pas en trouver une qui nous convienne ?

Téléchargez votre livre en PDF :
Réflexions Politiques de Chateaubriand.

combien de fois les Anglais en changèrent-ils avant d’arriver à celle qu’ils ont aujourd’hui ? Le rump, le conseil des officiers de Cromwell, les différentes sectes religieuses, enfantaient chaque jour des institutions politiques, que l’on se hâtait de proclamer comme des chefs-d’œuvre : cela a-t-il rendu ridicule leur dernière constitution et nui à son excellence et à son autorité ?

Nous ne sommes pas faits, ajoute-t-on, pour des assemblées délibérantes.

Mais n’en avons-nous jamais eu, de ces assemblées ?

Autre erreur historique, plus frappante encore que la première.

Nos pères étaient-ils moins ardents que nous ?

Réflexions Politiques de Chateaubriand.

Ces Francs, qu’Anne Comnène vit passer à Constantinople, qui étaient si impétueux, si vaillants, qui ne pouvaient consentir à se tenir découverts devant Alexis ; ces Francs irascibles, impatients, volontaires, n’avaient-ils pas des conseils de baronnie, des assemblées de province, des états généraux de la langue d’oïl et de la langue d’oc ?

Lorsque, sous Philippe de Valois, s’éleva la querelle entre les juridictions seigneuriales et ecclésiastiques, vit-on jamais rien de plus grave que ce qui se passa alors ?

C’étaient pourtant les deux premiers ordres de la monarchie qui, dans toute leur puissance, luttaient pour leurs privilèges.

La cause fut plaidée devant Philippe : Pierre de Cugnières, chevalier, personnage vénérable, tenant à la fois à la robe et à l’épée, pour mieux convenir aux deux hautes parties contendantes, portait la parole en qualité d’avocat général et de conseiller du roi.

Cette première réclamation du droit civil contre le droit canonique produisit dans la suite l’appel comme d’abus, sauvegarde de la justice : dans le temps des bonnes mœurs, tout fait naître les bonnes lois.

Téléchargez votre livre en PDF :
Réflexions Politiques de Chateaubriand.

On admira dans cette grande affaire la piété et la justice du roi, la respectueuse hardiesse de l’orateur de la partie civile et la dignité du clergé.

Ce fut un beau spectacle que celui de ces prélats et de ces chevaliers jurant sur leurs croix et sur leurs épées de s’en rapporter à l’intégrité du roi, plaidant la cause de la religion et de la noblesse devant un monarque fils aîné de l’Eglise et le premier comme le plus ancien gentilhomme de son royaume.

Tout n’est pas positif dans la science du gouvernement : le système des finances en Angleterre ne repose-t-il pas sur une fiction ?

Il y a des mystères de politique, comme il y a des mystères de religion ; le jeu des constitutions, leur marche, leur influence, sont d’une nature inexplicable.

Combinés avec les mœurs, les passions et les événements, les corps politiques, attirés, repoussés, balancés, combattus, produisent des effets que toute la sagacité humaine ne peut calculer.

Ce vague, cette incertitude, ces grandes choses qui ne produisent rien, ces petites causes d’où sortent tant de grands résultats, ces illusions, cette puissance de l’opinion si souvent trompeuse, se retrouve dans tout ce qui touche aux gouvernements, dans tout ce qui prend place dans l’histoire.

Par exemple, n’est-on pas toujours tenté de supposer des talents supérieurs à l’homme qui joue un rôle extraordinaire ?

Souvent cet homme est moins que rien ; la gloire a ses méprises comme la vertu.

Il y a des temps surtout où la fortune célèbre ses fêtes ; espèces de saturnales où l’esclave s’assied sur le trône du roi.

Réflexions Politiques de Chateaubriand.

Quand on vient à regarder de près les hommes qui conduisent le monde dans ces temps de délire, on demeure plus étonné de leur néant qu’on n’était surpris de leur existence, on est frappé du peu de talent qu’il faut pour décider du sort des empires, et l’on reconnaît qu’il y a dans les affaires humaines quelque chose de fatal et de secret qu’on ne saurait expliquer.

Avant la découverte de l’imprimerie, lorsque l’Europe était sans chemins, sans postes, presque sans communications ; lorsqu’il était difficile et dangereux d’aller de Paris à Orléans, parce que le seigneur de Montlhéry, un Montmorency, faisait la guerre au roi de France, ce qui se passait dans un pays pouvait rester longtemps ignoré dans un autre.

Mais aujourd’hui qu’une nouvelle arrive en quinze jours de Pétersbourg à Paris ; que l’on reçoit en quelques minutes aux Tuileries une dépêche de Strasbourg et même de Milan ; que toutes les nations se connaissent, se sont mêlées, savent mutuellement leur langue, leur histoire ; que l’imprimerie est devenue une tribune toujours ouverte, où chacun peut monter et faire entendre sa voix, il n’est aucun moyen de s’isoler et d’échapper à la marche européenne.

Téléchargez votre livre en PDF :
Réflexions Politiques de Chateaubriand.

Du même Auteur : Chateaubriand

René de Chateaubriand

Les Aventures du dernier Abencerage de Chateaubriand

vous aimerez aussi:

    Recevez mes articles par e-mail :

    Étiquettes : , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.

Copyright © 2012-2017 Auteur-editeur-sur-kindle.
.

Mentions légales Réalisation 123 Web | contenu rédactionnel géré par le client